aller directement au contenu

Atteindre la neutralité carbone

Objectif pour 2030 : parvenir à une réduction de 70 % des émissions de carbone d’ici 2030 dans les domaines suivants : installations, transports et déplacements, et chaîne d’approvisionnement. Compenser toutes les émissions résiduelles. Réductions basées sur les niveaux de 2019

Thème/domaine d’intérêt actuel

  • Des énergies renouvelables dans tous les bureaux et usines.
  • Changement durable des habitudes en matière de déplacement.
  • Optimiser le réseau logistique

De l’ambition à l’action en 2021

Réduire les émissions absolues de 10 % par rapport au niveau de 2019 en :

  • réduisant le fret aérien de 25 %, de 2,1 à 1,6 millions de tonnes-kilomètres ;
  • réduisant le coût des voyages d’affaires de 20 % en voyageant moins et plus intelligemment ;
  • continuant à développer l’activité, en réduisant le poids total expédié aux clients de xx à yy ;
  • ne travaillant qu’avec des transitaires qui mettent l’accent sur la réduction des émissions.

Sur la base de la méthodologie décrite dans la section précédente, nous avons estimé nos émissions totales et identifié quatre leviers principaux qui déterminent nos émissions :

  • Produits et composants : émissions associées aux matériaux, composants et produits que nous proposons.
  • Déplacements : émissions générées par nos déplacements professionnels.
  • Logistique : logistique amont pour nos matières premières, composants et produits finis, et distribution de nos produits à nos clients.
  • Sites et opérations internes : série de contributions telles que la consommation d’énergie sur site, les services de conseil, l’entretien des installations, les outils, le matériel et l’équipement de bureau.

Notre empreinte carbone totale en 2019 a été estimée à 69 kilotonnes CO2e. Nos efforts pour réduire nos émissions s’articuleront autour de ces leviers et sont détaillés dans les pages suivantes.

Réductions absolues nécessaires

D’après le rapport de l’ONU sur l’écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions (2019), les émissions mondiales doivent être réduites de 55 % en 2030 par rapport à 2018 pour placer le monde sur la voie la moins coûteuse pour limiter le réchauffement climatique en deçà de 1,5 °C par rapport aux températures préindustrielles.

Nous en sommes conscients et acceptons notre part de responsabilité. Nous sommes en train de tracer une voie basée sur une réduction minimale de 70 % de nos émissions de CO2e.

Nous partageons avec nos actionnaires, le conseil d’administration de Laerdal, les cadres supérieurs et les collaborateurs la volonté et l’engagement de mener à bien les initiatives de réduction qui seront le fruit des ambitions présentées dans ce document.

« Le plus grand danger pour notre planète est de croire que quelqu’un d’autre va la sauver. »

- Robert Swan, OBE, FRGS
Explorateur polaire

 

La coopération pour le changement

Laerdal unit ses forces à celles de plusieurs entreprises de premier plan dans différents secteurs afin de réduire les émissions de CO2e et d’accroître l’utilisation de matériaux circulaires dans la chaîne de valeur. Nous acceptons ainsi le défi consistant à :

  • adopter des objectifs de réduction des émissions de CO2e sur une base « scientifique » afin qu’ils puissent être évalués par d’autres et qu’ils soient conformes au niveau de décarbonisation requis pour maintenir l’augmentation de la température mondiale en deçà de 1,5 °C par rapport aux températures préindustrielles ;
  • fixer des objectifs intermédiaires à atteindre au cours des 1 à 5 prochaines années, et pas seulement un objectif à long terme ; et
  • couvrir les émissions des catégories 1, 2 et 3.

Skiftnorge

Laerdal a rejoint Skiftnorge, une initiative visant à accélérer la transition vers une économie à faible émission de carbone et à aider le gouvernement norvégien à respecter ses engagements nationaux en matière de climat d’ici 2030.

Réductions envisagées d’ici 2030

La concrétisation de nos ambitions prendra du temps et exigera des efforts systématiques et à long terme. Pour atteindre nos objectifs, nous lancerons et financerons des projets dans quatre domaines (Produits et composants, Logistique, Déplacements et Sites et opérations internes) chaque année au cours des dix prochaines années. Les résultats seront obtenus grâce à notre capacité à mobiliser tous les collaborateurs pour œuvrer tout au long de la chaîne de valeur afin d’identifier les possibilités d’amélioration, de manière à accélérer notre impact pour garantir un avenir plus durable.

Produits et composants

Nous prévoyons de réduire les émissions de nos produits et composants de trente-trois à onze mille tonnes de CO2e par an d’ici 2030.

Cette réduction sera obtenue par des initiatives prises sur nos sites de production ainsi qu’en coopération avec les fournisseurs de notre chaîne de valeur.

En intégrant davantage de matériaux recyclés et biosourcés dans nos produits, nous parviendrons à réduire à la fois les émissions de CO2 et l’utilisation des matières premières. Au fur et à mesure de notre transition vers des modèles d’utilisation plus circulaires et partagés, complétés par des solutions numériques, nous constaterons une diminution des ressources et de l’énergie nécessaires et, dans le même temps, une augmentation de l’utilisation de nos solutions. À terme, nous contribuerons à sauver plus de vies en utilisant moins de ressources.

Dès à présent, nous allons planifier des solutions en interne en tenant compte des émissions totales et nous allons travailler avec des partenaires qui partagent notre volonté de réduire globalement les émissions.

Logistique

Nous prévoyons de réduire les émissions de notre logistique et de notre distribution entrantes de onze à cinq mille tonnes de CO2e par an d’ici 2030.

Nous y parviendrons d’une part en optimisant notre réseau logistique et d’autre part en choisissant activement des options de transport de marchandises dont les émissions de CO2 sont faibles.

Pour nous aider, nous avons élaboré une solution de production de rapports qui nous permet d’évaluer les émissions de notre flux mondial de marchandises. Cet outil nous permet d’identifier les émissions de nos différents échanges commerciaux. Pour ce faire, nous analysons nos données transactionnelles afin de modéliser ce que nous avons expédié de A à B. Ces analyses sont combinées à des facteurs d’émission afin de fournir un aperçu détaillé des émissions de nos activités logistiques.

 

Ton.png

Déplacements

Nous prévoyons de réduire nos émissions dues aux déplacements de huit à cinq mille tonnes de CO2e par an d’ici 2030.

Nous sommes convaincus qu’il faut être proche de nos clients et certains déplacements sont nécessaires. Cependant, nous devons faire preuve de plus d’intelligence dans la manière dont nous optimisons ces contacts.

Avec l’augmentation des communications numériques nécessaires pendant la pandémie de COVID-19, nous avons développé nos logiciels et nos compétences numériques. Avec nos clients et partenaires, nous y voyons l’occasion de poursuivre la transition vers un système de vente et de communication plus numérique sur une base continue.

Sites et opérations internes

Nous prévoyons de réduire les émissions de nos sites et opérations internes de dix-sept mille à zéro tonne de CO2e d’ici 2030.

Il s’agit d’un objectif très ambitieux, compte tenu de la complexité et de la diversité des sources d’émissions incluses dans cette catégorie. Comme le montre le graphique à droite, cette catégorie comprend divers leviers tels que les services externalisés, l’informatique et l’amortissement des machines. En définissant un objectif aussi ambitieux, nous reconnaissons que pour réduire nos émissions, nous devons agir rapidement. Nous prendrons des initiatives dans de nombreux domaines en parallèle pour atteindre notre objectif.

La réduction des émissions pour cette catégorie constituera un effort véritablement global avec des activités entreprises dans toutes les disciplines et sur tous les sites. Nous avons déjà adopté l’utilisation d’énergies renouvelables sur la plupart des sites de fabrication et d’autres mesures seront prises d’ici 2021 pour améliorer encore la situation.

 

 

 

 

Ivar.png

Estimation des émissions résiduelles à compenser

Nos estimations actuelles montrent qu’en 2030, nous générerons 21 kilotonnes d’émissions de CO2e qui devront faire l’objet d’une compensation.

Actuellement, la technologie de captage du carbone la plus prometteuse consiste à planter des arbres. Des études montrent que dix ans après sa plantation, un arbre moyen absorbe environ 21 kg de CO2e par an dans l’atmosphère.

Cela signifie qu’un million d’arbres plantés en 2021 compensera les émissions résiduelles potentielles de 21 kilotonnes de CO2e par an à partir de 2031.

D’ici le milieu de l’année 2021, nous étudierons s’il est possible de réduire davantage les émissions et de trouver d’autres solutions pour éliminer nos émissions de l’atmosphère, mais nous prévoyons dès à présent de compenser les émissions résiduelles actuellement estimées en plantant un million d’arbres.